Carte de Piri Reis – l’Antarctique…sans glace, preuve de Technologies Antiques?

the-piri-reis-map-of-world-in-1513

Il y a près de 100 ans, Gustav Adolf Deissmann, un théologien allemand parcourait des documents historiques lorsqu’il fit une découverte aussi surprenante qu’oubliée: la carte de Piri Reis, dessinée en 1513, montrant l’Antarctique…sans glace ! Comment est-ce possible ?

Pour recevoir tous nos articles et updates, likez notre page Facebook Revelations of the Ancient World

Le dessinateur fut un cartographe et amiral turc répondant au nom de Hagli Ahmed Muhiddin Piri, autrement appelé Piri Reis. Ce dernier avait dit qu’il utilisa 20 sources différentes de cartes afin d’assembler et reconstruire celle-ci. Parmi ces sources il prétend avoir utilisé :

  • 1 carte de Christophe Colomb
  • 4 cartes portugaises et une carte arabe
  • 8 cartes de Ptolémée

2 faits intriguant viennent se mêler á tout cela :

  • l’Antarctique ne fut découverte officiellement qu’en 1773
  • La géologie démontre que la dernière fois que l’Antarctique n’était pas recouverte de glace était il y a 6000 ans, 4000 avt JC.

Tel que nous l’avons expliqué dans notre article Les secrets du Sphinx – âgé de plus de 12.000 ans  voici une nouvelle dichotomie entre les preuves géologiques et les acceptations académiques. La science officielle prétend en effet que l’antarctique est recouverte de glace depuis des millions d’années. Mais ce type de discours devient légion…

Cette carte utilise la projection de Mercator, une projection conforme, c’est-à-dire qu’elle conserve les angles. L’inévitable étirement Est-Ouest en dehors de l’équateur est accompagné par un étirement Nord-Sud correspondant, de telle sorte que l’échelle Est-Ouest est partout égale à l’échelle Nord-Sud. Une carte de Mercator ne peut couvrir les pôles : ils seraient infiniment hauts. La projection de Mercator entraîne donc des déformations sur les distances. Cette technique n’a été, supposément, utilisée pour la première fois qu’au 16eme siècle en Europe lorsque les latitude et longitudes étaient calculées grâce á l’astronomie et la géométrie.

Piri_reis_world_map_01

 

Souvenirs des Atlantes?

Il n’y a aucune explication contemporaine, mais cette carte indique qu’il y a eu une civilisation préhistorique (au sens étymologique du terme) possédant des technologies ou connaissance avancées permettant de naviguer sur le globe en d’en tirer des cartographies incroyablement précises. En 1965, Charles Hapgood tire les conclusions de ses travaux et déclare clairement que les reproductions cartographiées présentes exigeaient des capacités de survol des zones concernées. Une pierre de plus á l’édifice de cette civilisation avancée disparue que nous pourchassons au travers de nos recherches terrain et ad-hoc. Seul le 20eme siècle et ses satellites ont été capables de donner une carte précise du continent Antarctique sans glace. Lorsque l’on pense a la légende des Atlantes, on peut simplement se demander á quel point cette légende fut vraie.

Est-il possible que la carte de Piri Reis fut tirée de documents émanant d’une civilisation préhistorique, possédant des technologies de pointe permettant la mise en place de carte et relevés géographiques que seules nos moyens modernes ont été capables de reproduire tout récemment ? Les critiques et discours académiques réfutent cette hypothèse en prétendant simplement qu’il ne s’agit pas de l’Antarctique sur cette carte, mais de liens (imaginaires ?) terrestres avec l’Amérique du Sud…