92 Tablettes Cunéiformes Découvertes en Irak – Archéologie – Sumériens – Mésopotamie

Les ruines de Mardaman, suggèrent que la ville est née entre 2800. et 2650 av. J.-C, dès le néolithique, lorsque l’agriculture est apparue au Moyen-Orient. Elle aurait atteint son apogée entre 1900 av. et 1700 av. J.-C. C’est en tout cas ce qu’a annoncé Peter Pfälzner, directeur des fouilles et professeur d’archéologie proche orientale à l’Université de Tübingen. La ville a ensuite continué de prospérer dans la période néo-assyrienne, qui a duré d’environ 900 á 600 av. JC.

Une équipe de l’Université de Tübingen en Allemagne creuse sur le site depuis des années, mais l’été dernier, en 2017 donc, ils ont découvert 92 tablettes cunéiformes cachées dans des vaisselles en poterie trouvé dans les restes d’un palais.

Plus récemment encore, Betina Faist, experte en langues à l’Université de Heidelberg en Allemagne, a déchiffré le texte de ses tablettes, pour retrouver le nom de cette ville antique: Mardaman

Ces tablettes datent d’environ 1250 av. J.-C., époque où la ville faisait partie de l’empire assyrien et était gouvernée par un gouverneur nommé Assur-nasir. Les tablettes cunéiformes décrivent les affaires administratives et commerciales entre Assur-nasir et le peuple de Mardaman.

Papyrus de la Mer Rouge | Traduction Complète | Journal de Merer | Archéologie Gizeh Pyramides

Il y a presque un an, les medias nous parlaient de papyrus supposés détenir la preuve que la Grande Pyramide de Gizeh a été construite par Khéops et qui plus est, comment elle fut construite.
Les papyrus dont je parle sont appelés les Papyrus de la Mer Rouge, ou Papyrus de Merer, découverts à Ouadi el-Jarf par une formidable mission de découverte et conversation dirigée par Pierre Tallet
Malgré le message transmis médiatiquement, les papyrus découverts ne disent pas comment ni quand la pyramide a été construite.
C’est pourquoi, il sera bon dans un premier temps de poser les bases du contenu réel de ces papyrus. Ainsi, dans cette vidéo nous allons nous plonger ensemble dans le contenu objectif des papyrus les mieux conservés sur lesquels se base l’étude. Un premier pas de compréhension consistera donc à en lire ensemble la traduction.

Ile de Pâques – Le Mystère des statues enfin levé?

Depuis toujours, les statues de l’île de paques intriguent, passionnent, émerveillent, et font tourner en bourrique quiconque s’est un jour penché sur leur réelles origines. Les moaï, les statues géantes dressées sur l’île appelée Rapa Nui sont aujourd’hui encore couvertes de mystères. Ces immenses figures en tuf, pierre volcanique mesurent jusqu’à 10 mètres de haut et pèsent jusqu’à 90 tonnes. Un peu plus de 900 moaï sont recensés sur l’île de Pâques et environ 300 d’entre eux, supposément taillés entre le XIIIe siècle et le XVIIIe siècle, sont dressés avec le corps enfoui dans le sol.

Des chercheurs américains seraient arrivés à démontrer qu’une quinzaine d’hommes suffisaient pour déplacer les statues et les affubler du pukau, leur imposant chapeau rouge.

Pourquoi il y a eu une Civilisation Avant les Égyptiens – Interview avec Yousef Awyan 2018 Partie 2

Dans cette interview Yousef Awyan nous livre plusieurs éléments clés de compréhension que les pharaons de l’Égypte Ancienne n’ont pas créé la totalité des constructions qui leur sont attribuées. En effet, dans de nombreux cas nous avons des preuves de réutilisation de sites plus anciens et ce dès la 4ème Dynastie égyptienne durant l’Ancien Empire.

NIKOLA TESLA ÉTAIT-IL UN GÉNIE INTERDIT?

Tesla a d’abord travaillé dans la téléphonie et l’ingénierie électrique avant d’émigrer aux États-Unis en 1884 pour travailler avec Thomas Edison, avant de collaborer avec George Westinghouse qui enregistra un grand nombre de ses brevets. Considéré comme l’un des plus grands scientifiques dans l’histoire de la technologie, pour avoir déposé quelque 700 brevets (qui seront pour beaucoup attribuées à tort à Edison) et avoir décrit de nouvelles méthodes pour réaliser la « conversion de l’énergie », Tesla est reconnu comme l’un des ingénieurs les plus créatifs de la fin du xixe et du début du xxe siècle. Quant à lui, il préférait plutôt se définir comme un découvreur.

Ses travaux les plus connus et les plus largement diffusés portent sur l’énergie électrique. Il a mis au point les premiers alternateurs permettant la naissance des réseaux électriques de distribution en courant alternatif, dont il est l’un des pionniers. Tesla s’est beaucoup intéressé aux technologies modernes se focalisant sur l’électricité qui était le noyau de ses inventions. Il est connu pour avoir su mettre en pratique la découverte du caractère ondulatoire de l’électromagnétisme (théorisé par James Clerk Maxwell en 1864), en utilisant les fréquences propres des composants des circuits électriques afin de maximiser leur rendement.

De son vivant, Tesla était renommé pour ses inventions ainsi que pour son sens de la mise en scène, faisant de lui un archétype du « savant fou ». Grand humaniste qui aurait notamment aimé que l’électricité soit gratuite et accessible à tous4, il resta malgré tout dans un relatif anonymat jusqu’à plusieurs décennies après sa mort. Son œuvre trouve un regain d’intérêt dans la culture populaire depuis les années 1990. En 1960, son nom a été donné au tesla (T), l’unité internationale d’induction magnétique.

Medinet Habou – Ramsès III : Temple des Millions d’Années – De Sekhmet à la Polychromie

Le temple des millions d’années de Ramsès III est un monument dédié au culte de ce pharaon. Construit à Médinet Habou sur la rive ouest du Nil, face à Louxor, il ne fut complètement terminé qu’après le décès du souverain vers – 1154.

Médinet Habou, est une cité proche de Louxor en Égypte, sur la rive ouest du Nil, en face de la cité moderne de la ville et de son ancien temple dédié à Amon-Min.

Aujourd’hui, on la connaît surtout pour le temple des millions d’années de Ramsès III qui fut bâti à proximité d’un temple d’Amon de Djemé, connu aujourd’hui sous le nom de petit temple. C’est ce temple qui donna son nom au site.

Outre ces deux derniers temples on trouve aussi sur le site :
le palais royal,
un lac sacré et un nilomètre proche du temple d’Amon,
le temple d’Aÿ II et Horemheb,
les tombes et chapelles des divines adoratrices d’Amon : Amenardis Ire, Chepenoupet II et Nitocris Ire.